Voici Notre Histoire

Le cirque d'hiver voit le jour le 11 Décembre 1852 grâce au Duc de Morny, demi-frère du prince Louis-Napoléon, qui obtient l'autorisation de construire, et à Jacques Hittorf, son architecte. Seulement quelques années plus tard, le 12 Novembre 1859, le cirque s'illumine grâce au « trapèze volant », tour inventé par Toulousain Léotard, dit « l'artiste volant ».

1851-1909 L'empire du Cirque

Grâce au Duc de Morny, l’autorisation de construire fut accordée le 17 décembre 1851. C’est à̀ Jacques Ignace Hittorf, architecte du Cirque d’été et de la Gare du Nord, que fit appel Dejean. Les travaux débutèrent le 17 avril 1852 et durèrent 8 mois. C’est le Prince Louis Napoléon qui inaugura, le 11 décembre 1852, le cirque auquel il allait prêter son nom.

Le Cirque Napoléon se dessine sur 42 mètres de diamètre, et compte 40 fenêtres réparties sur 20 pans formant un icosagone, 21 lustres à gaz, 5 900 places. Ses décorations intérieures et extérieures sont confiées aux grands sculpteurs et peintres de l’époque : Pradier, Bosio, Gosse, Barrias.

Le 12 novembre 1859, le toulousain Jules Léotard inventa le trapèze volant au Cirque d’Hiver (Cirque Napoléon). Il fut le premier artiste à s’élancer dans les airs, d’un trapèze à un autre…

À la chute du Second Empire, le Cirque Napoléon devient Cirque National pour laisser, en 1873, la place au Cirque d’Hiver.

Le 27 décembre 1907 Pathé investi le Cirque d’Hiver transformé en « Temple de l’Art Nouveau » ; fauves et crocodiles n’existent plus que sur l’écran.

1907-1934 Les 4 frères Bouglione, Prémices d'une légende

Les premiers spectacles de la famille Bouglione mettaient en scène des fauves. En 1910, Joseph dit Sampion Bouglione est sauvé par son fils durant une présentation de fauves.

En 1926, Alexandre découvre un stock d’affiche de Buffalo Bill datant du Wild Wild West Show de 1904. Il convainc son père de les utiliser et de recréer un spectacle librement inspiré de l’épopée américaine : le Stade du capitaine Buffalo Bill. C’est le triomphe !

Parallèlement, le Cirque d’Hiver redevient un cirque le 12 octobre 1923 avec l’arrivée de Gaston Desprez. Le bâtiment est entièrement restauré : les gradins en bois sont remplacés par des structures en béton, les peintures sont refaites, les installations électriques et techniques rénovées. Les Fratellini en deviennent les directeurs artistiques. Desprez continue sa politique d’investissement en construisant une piscine sous la piste !

Construite en 30 jours et inaugurée par Mistinguett, elle mesure 4,20 mètres de profondeur.

Assailli par les dettes, Desprez vend le Cirque d’Hiver aux 4 frères Bouglione qui l’investissent le 28 octobre 1934. C’est le début d’une passion que rien n’arrêtera. Le nom de Bouglione devient indissociable du Cirque d’Hiver.

1934-1955 Autour du monde

Ils reprennent la direction du Cirque et font rayonner sur la ville de Paris un nouveau souffle artistique.

« La Perle du Bengale », « La Princesse Saltimbanque », « Les Aventures de la Princesse de Saba », trois pantomimes célèbres, spectacles

grandioses dans lesquels les Bouglione sont passés maîtres.

Ils vont réitérer le succès en reprenant ces pantomimes, tout en associant des tournées nationales avec leurs chapiteaux.

1955-1999 La piste aux étoiles

Les années 1950 sont marquées par le sceau de l’internationalisation de la famille Bouglione qui offre des spectacles d’une grande variété.

1955 Les caméras d’Hollywood viennent se poser en 1955 pour un film d’anthologie : Trapèze. Carol Reed écrit un hymne à cet art créé en ces murs et immortalise Gina Lollobrigida, Tony Curtis et Burt Lancaster dans ce chef-d’œuvre du genre.

1956 Le grand photographe de mode Richard Avedon vient réaliser une séance avec le modèle international Dovima. Les nombreux clichés qu’il réalise dans la ménagerie vont entrer dans l’Histoire de la photographie.

La célèbre émission « la piste aux étoiles » s’installe au Cirque d’Hiver Bouglione. D’abord présenté par Michel Francini, c’est avec Roger Lanzac que ce programme rentrera dans l’histoire télévisuelle et marquera des générations d’enfants et de familles jusqu’en 1978.

Avec ses chapiteaux, la famille Bouglione continue ses tournées sur les routes de France jusqu’au début des années 1980.

Depuis 1999 Les rois du Cirque

1999, la nouvelle génération Bouglione reprend le flambeau et insuffle au Cirque d’Hiver un vent de renouveau, renouant avec les succès : « Salto », « Piste », « Trapèze », « Le Cirque » (qui célébrait l’anniversaire des 150 ans du monument), « Voltige », « Bravo » « Audace », « Artistes », « Vertige », « Étoiles », « Festif », « Prestige », « Virtuose »,
« Éclat », « Phénoménal » et « Géant » enchaînent les succès.

2015 Les spectacles « Rires », au Cirque d’Hiver Bouglione de Paris, et « Bravo », en tournée nationale sous chapiteau, scellent le triomphe des Rois du Cirque français et européen.

La dynastie Bouglione sur les routes

Tout commence par un coup de foudre, entre une jeune gitane dompteuse de fauves et un fils de drapier italien au 19ème siècle. Scipion Boglioni, nom francisé en Bouglione quelques années plus tard, suivit Sonia en France et ensemble, ils présentèrent des ménageries foraines. Un siècle plus tard, les petits fils transforment la ménagerie en un véritable cirque, nommé le « cirque des quatre frères Bouglione » et Alexandre, l'ainé, fait scintiller le nom de famille en montant le spectacle Stade Circus Buffalo Bill, qui s'inspire du célèbre cow-bow. La suite ? Une flopée de tournées et spectacles qui feront la renommée des Bouglione !

Découvrez la galerie de nos tenues historiques !
snowflake snowflake snowflake snowflake snowflake snowflake snowflake snowflake snowflake snowflake